Quentin, élève en Maintenance Nautique, nous explique le déroulement de sa formation.

mercredi 17 avril 2019, par Jean-Philippe Hamel.

Pourquoi as-tu choisi ce Bac Pro ?

Je n’avais pas trop d’idées mais depuis petit je voulais rentrer dans la Marine Nationale en tant que mécanicien, J’ai discuté de mon envie professionnelle avec la conseillère d’orientation puis avec mes parents. Ce sont les cours en atelier qui m’ont convaincu d’aller en bac pro. Il y a un bon équilibre entre les cours théoriques et la pratique.

Parle-moi de ta spécialité : la maintenance

La maintenance consiste à installer des équipements, entretenir des moteurs et des bateaux en tout genre, ou à les réparer en cas d’incident. Le but : éviter au maximum les pannes et intervenir le plus rapidement possible dès qu’il y en a une. Nous travaillons avec des systèmes mécaniques, électriques, pneumatiques et hydrauliques. Nous pouvons aussi refaire des pièces sur mesure pour un besoin particulier, pour gagner du temps si le temps de commande est trop long.

A quoi ressemble une semaine de cours ?

J’ai 8h d’atelier dans la semaine, 3h de technologie et 2h30 de « construction » où l’on apprend à lire des plans pour fabriquer une pièce ou comprendre le fonctionnement d’une machine. Nous suivons aussi des cours d’économie-gestion, pour nous préparer à gérer une entreprise. Nous avons également des maths et de la physique, où nous développons des calculs, des formules, qui nous servent pour la pratique en atelier. Nous avons aussi du français, de l’anglais de l’histoire/géographie car c’est aussi très important.

Que fait-on en atelier ?

A partir de Travaux pratiques, nous découvrons les systèmes sur lesquels nous effectuons des mesures dans le but d’approfondir nos méthodes de diagnostic.
Nous réparons les embarcations des clients, ou leurs moteurs ou simplement des petites pièces.
On travaille toujours dans une bonne ambiance avec les professeurs et les camarades de classes. L’atelier est très grand, on peut donc y accueillir de nombreux bateaux et moteurs.
Nous avons aussi l’atelier de stratification ou l’on y répare les coques de bateaux et où nous préparons de la résine, du gel coat, de l’antifouling ou encore de la peinture pour repeindre les coques ou les moteurs.

Comment se passent les stages ?

Durant nos 22 semaines de stage, on est constamment en activité. On comprend mieux le rôle et l’importance du mécanicien de maintenance nautique dans une entreprise au quotidien. Il y a un temps d’adaptation au départ, parce que le monde de l’entreprise est différent de l’école, ce n’est pas le même rythme de travail. Il y a aussi plus de responsabilités. Grâce aux stages, j’ai développé mon autonomie, mes techniques de travail et ma rapidité. Tous les jours, je remplis mon dossier de stage en notant mes activités, ça me sert à rédiger mon rapport de stage qui compte pour le bac.

As-tu rencontré des difficultés particulières ?

On peut passer plusieurs heures debout.
Bien que les entreprises soient volontaires et très accueillantes, ce n’est pas toujours facile de trouver un lieu de stage.
Pour réussir dans ce bac pro, il faut écouter, réfléchir et être logique. Il faut bien apprendre la théorie pour comprendre la pratique en atelier.